UN EFFET SHIATSU

Ce texte a été rédigé par Martine, une amie

Couchée sur le dos sur un matelas posé au sol, la vue sur un ciel azur et nuageux découpé par l’architecture en diagonale de la piscine, j’attends. L’attente brève invite déjà à l’évasion. Le temps de repenser au souvenir vivace du film « l’effet aquatique » de Solveig Anspach, réalisatrice islando-américaine qui vivait à Montreuil. Solveig est morte il y a quatre ans des suites d’un cancer du sein. L’effet aquatique était son dernier magnifique film tourné à Montreuil en partie dans cette piscine Maurice Thorez à la Croix de Chavaux et en partie en Islande. Cette histoire d’amour entre un homme et une femme et entre deux pays est un conte, une histoire sociale, une histoire de chamanisme aussi (César du meilleur scénario en 2017). A voir absolument ! L’espace d’un instant je suis partie sur des contrées lointaines mais très très proches. La séance commence alors par quelques mots sur mon ressenti et état du moment. Comment je vais depuis la dernière fois ? Comment je me sens dans mon corps et dans ma tête ? Est-ce que je souhaite travailler sur un point en particulier ? Même si le psychisme n’a pas sa place ici, le travail s’opère corps et âme. Le corps au service de l’âme en quelque-sorte !

Après une prise de pouls sur le poignet gauche puis le droit (l’ordre a-t-il un sens ?), Roselyne, la thérapeute, semble estimer les points à travailler. Elle invite alors à se mettre sur le dos ou le ventre pour initier le Shiatsu. La séance commence et s’enchaîne méthodiquement. Aucun point d’acupuncture n’est oublié.  Chacun étant repris deux fois pour l’effet « kisscool ». Par effleurement ou par pression forte, peu importe car seule l’appui compte. Ce n’est pas en appuyant plus fort que le Shiatsu aura plus d’effet. Ce n’est pas en faisant un Shiatsu de plus d’une heure non plus. Ce n’est pas comme cela que cela se passe ! Je commence à me rendre compte que ce texte a beaucoup « d’effet » ! Certains points sont difficiles à appréhender. Les yeux fermés, je suis là sans être là. Certaines fois Morphée m’appelle. Je sombre alors dans un sommeil inédit ponctué d’un ronflement sonore. Roselyne est alors contente de cet échappement et me le fait remarquer à la fin de la séance ou alors c’est moi qui m’étonne de ma propre chute dans les profondeurs. D’autres fois, je suis sur le qui-vive. Mon corps ne lâche pas, ne relâche rien, est aux aguets ! L’effet est moins immédiat, sans laisser-aller ! Mais c’est souvent un leurre car c’est après coup que le corps se détend. Je le sens dans la soirée lorsque je suis chez moi que le calme s’installe et les cogitations s’arrêtent.

Venue il y a maintenant plus d’un an pour travailler à faire baisser une fatigue et un stress persistant, aujourd’hui les énergies circulent plus librement et l’état général s’est notablement amélioré. Après quelques mois de ras-le-bol ressenti au niveau de mon corps (ras-le-bol de faire des efforts, de tenir, d’anticiper, de faire du sport, d’un travail à la con…), je lâche la proie pour… la lumière. J’aime le Shiatsu pour son apport énergétique. Je sens l’avant et l’après même quand les différences sont subtiles. Les appuis ont de bonnes conséquences sur mon sommeil, sur mon état général les jours d’après, sur ma vitalité. Certaines fois l’énergie sort à flots, empêchant de dormir. Mais ce n’est arrivé que deux fois sur plus de 15 séances. Il y a un mois c’est sur des problèmes de vertiges et de migraine que j’ai souhaité un Shiatsu. Roselyne a repéré que ces problèmes étaient dus au stress. Le Shiatsu a suffi à les traiter puisque dès les jours suivants je n’en ressentais plus les symptômes. Je ne sais pas si le Shiatsu peut se pratiquer à tous les maux physiques du corps ? Mais il peut grandement améliorer un état fragile, fébrile, diminué tel qu’il soit. J’invite toute le monde, valide, malade ou handicapé à essayer. Enfant, adulte et personne âgée. Rien ni personne n’est contre indiqué (sauf quelques cas) ! Roselyne, à l’écoute, est attentive et capte la problématique pour parfaire le mouvement des pressions et créer le relâchement. Souriante et dynamique, elle est un peu chamane dans son approche. Ce qui ne peut que plaire aux énergies. J’en apprécie les bienfaits ! Quand l’assouplissement de mes trapèzes sera enfin visible j’en serai encore plus contente. Le Shiatsu m’accompagne et m’accompagnera longtemps encore. Je remercie les apports des médecines orientales (chinoise, japonaise, indienne…) qui sont complémentaires de la médecine occidentale souvent trop rationnelle et fermée. Ce n’est pas pour moi un placebo. Les effets sont vraiment visibles et se ressentent par une dynamique retrouvée. Les défenses naturelles de l’organisme sont renforcées. Le Shiatsu est d’utilité publique. Ses effets ne peuvent n’être que bénéfiques à ceux qui y vont sans parti-pris et sans fermeture. Une ouverture d’esprit est requise car elle aide au bien-être général et à tout ce que la pratique apportera.

Les effets, (7 fois ce mot dans le texte) sont multipliés, mon corps les mémorise d’une séance sur l’autre. Le psychisme joue alors son rôle en venant compléter le processus vivant et en y puisant ses forces. Pas uniquement corps ni uniquement cérébral, j’apprécie l’effet « tout » sans distinction.

Le Shiatsu aurait eu sa place dans un des films de Solveig Anspach pour aider Lulu femme nue par exemple lors de son escapade loin de ses obligations (enfants et mari) ou dans Haut les cœurs qui raconte la propre histoire de Solveig ou encore dans Queen of Montreuil pour Fifi l’otarie ? Et surtout pour toutes ces personnes atteintes d’un cancer ou d’une maladie grave qui trouveraient dans la pratique des bienfaits thérapeutiques certains. D’utilité publique et d’intérêt général ! L’effet de pair.

 

Merci mon amie Roselyne !

Je suis un paragraphe. Cliquez ici pour ajouter votre propre texte et me modifier. C'est facile.